Rencontre avec Michel Gressier


Les élèves de l’option arts plastiques des classes de seconde et première ont rencontré Michel Gressier, l’artiste dont les œuvres sont exposées actuellement au CDI. Clara, une élève de première, a bien voulu nous donner ses impressions :

Michel Gressier est un artiste qui a pris goût pour l’art très jeune, vers l’âge de 16 ans et qui a exploité cette passion dès ce jeune age.

Ce qui intéresse avant tout Michel Gressier dans ses œuvres, c’est ce qui vole. Il nous a donc fait part de ses choix quant à ses cerfs-volants, qui sont fabriqués en toile de polyester enduite, à dominante bleu particulièrement. Pour lui, ils ne sont qu’un prétexte pour faire de la peinture. Il fait tout de même ce choix en rapport avec la nature de l’homme et sa particularité, à savoir sa façon de se déplacer, sa verticalité qui le rend inaccessible. Il y trouve aussi un intérêt dans la mesure où il peint à distance normale des œuvres qui sont destinées à être vues et montrées de loin, ce qui dilue les images, crée d’autres systèmes de perception.

Il nous a par ailleurs expliqué l’origine des cerfs-volants : ils sont apparus entre 400 à 800 av. JC en Chine et les premiers étaient en bois de palme, représentant des canards. En revanche cette origine chinoise n’est pas exploitée dans ses œuvres. Lui joue plutôt avec les différences de taille et de perspective de ses œuvres dans le ciel.

Étant donné que la plupart du temps, il était difficile pour les observateurs de repérer le point d’envol des cerfs-volants, il a décidé de peindre en annexe un pavois pour chaque cerf-volant afin de marquer en quelque sorte son territoire. C’est comme ça qu’il s’est mis à peindre également des pavois.

Il nous a tout de même expliqué que dans toute œuvre, il est important de penser aux moyens possibles, réalisables. C’est ainsi que ses projets sont constitués par toute une équipe, qu’il encadre durant la fabrication, la gestion… Cette équipe lui permet aussi d’avoir un peu plus de temps libre. Ainsi, il a été à un moment enseignant à Paris dans le design et l’architecture, Par ailleurs, il consacre aussi du temps à rencontrer des jeunes pour leur expliquer son travail. Pour lui, il est important de savoir ce que pensent les nouvelles générations, afin de pouvoir s’adapter.

Bien sûr, il ne réalise pas uniquement des cerfs-volants. Dans l’exposition, nous pouvons également admirer ses sculptures faites de matériaux de récupération et de crânes. Mais pour moi, les cerfs-volants sont plus captivants, envoûtants.

Donc cette exposition nous propose à la fois des œuvres légères, aériennes et d’autre part des œuvres plus petites mais massives.

Rappel : cette exposition est visible jusqu’aux vacances de février, alors dépêchez-vous !

Partager ?